La rentrée d’automne du magazine Internet LeStudio1.com

25 août, 2008

La saison de l’automne est à nos portes et avec ce passage vient aussi la nouvelle saison de programmation pour les médias. LeStudio1.com fait partie des médias nouveau genre qui ont vu le jour avec le développement de l’Internet.
LeStudio1.com a été créé en mars 2005. À l’époque, aucun des grands médias québécois n’avait de véritable présence sur Internet sauf Le Devoir. En Europe, les sites des grands médias étaient peu développés tandis qu’aux États-Unis on essayait de découvrir le format à donner aux sites Internet, c’est-à-dire soit une continuité des journaux papier ou soit une entité indépendante.
En septembre 2008, la situation a beaucoup évolué, si on peut qualifier le changement d’une évolution car dans certains cas on dit que plus ça change, plus c’est pareil et que le changement est souvent un retour à la case départ! Au Québec, il existe maintenant des dizaines de sites média et tous les grands groupes de presse ont développé des sites qui viennent compléter leurs publications papier. Dans plusieurs cas, ces sites sont des copies conformes de l’édition papier. En Europe, nous assistons à la même éclosion notamment chez des groupes comme Lagardère et son étendard Paris Match mais le véritable éclatement des frontières Internet s’est produit aux États-Unis. Des groupes de presse comme celui du journal le New York Times ont rendu la totalité de leurs publications papier accessibles sur le net. En tout, le groupe The New York Times Company gère 50 sites internet de grands titres américains. Une différente approche est remarquée chez certains éditeurs comme Dow Jones aux États Unis où l’on maintient le site du célèbre journal The Wall Street Journal en partie payant. Il faudra voir comment le marché réagit mais rares sont les grands médias qui n’offrent pas un accès entièrement gratuit. Au Québec, seul Le Devoir semble vouloir conserver la formule en partie payante.
Lorsque LeStudio1.com a été créé, l’objectif était de s’associer avec un grand groupe de presse et de développer la formule en convergence. Nous avions décidé de ne pas créer un média local qui aurait vendu de la publicité dans la communauté localement et nous visions plutôt un site supporté par les outils d’un grand groupe de presse. Plusieurs discussions ont eu lieu afin de créer des partenariats mais aucune n’a abouti à une entente. Plusieurs entreprises ont proposé des échanges de services mais nous ne voulions pas ce genre de troc permanent qui n’apporte rien à un plan d’affaire visant le profit financier. Aucun des grands groupes n’a voulu s’associer préférant créer leur propre site avec leurs ressources internes. LeStudio1.com a accueilli plusieurs collaborateurs au niveau du contenu et en tout une douzaine de personnes sont passés sans compter les nombreux attachés de presse qui nous acheminent leur matériel. Aujourd’hui, notre équipe compte quatre collaborateurs en plus des avatars qui représentent chacun un secteur éditorial. Notre liste d’envoi dépasse le total de 52 000 adresses courriel et le nombre de visiteurs individuels sur le site principal atteint entre 1000 et 2000 visiteurs par jour, dépendant des sujets traités dans le courriel hebdomadaire. Le territoire de provenance des visiteurs est 60% du Québec et 40% de la France. Nous recevons aussi en moyenne 200 à 300 courriels quotidiennement.
Selon Bill Gates, qui a pris sa retraite de Microsoft le 27 juin dernier (2008), le véhicule qu’est Internet n’en serait qu’à ses premiers balbutiements même s’il occupe déjà une place gigantesque dans notre vie quotidienne. Selon Gates, dans moins de 10 ans le portrait Internet sera complètement différent de ce qu’il est aujourd’hui. L’avenir promet donc d’être très intéressant pour tous les internautes. Un développement à surveiller est le « Cloud Computer ». Il s’agit de la gestion des données à partir des serveurs de grands fournisseurs comme Google. L’ordinateur est devenu un simple outil d’opération plutôt qu’une résidence pour l’entreposage des données. D’ailleurs il y a cinq ans, un ordinateur coûtait en moyenne près de 3000$ tandis qu’aujourd’hui, on en retrouve très peu au delà de 1000$, sauf ceux de Apple. La nouvelle fureur est le petit ordinateur ASUS Eee PC qui se vend moins de 350$. Et c’est sans parler du fameux iPhone…
LeStudio1.com continuera d’être très présent sur Internet mais sa formule sera transformée pour devenir un véhicule d’opinion. La primeur de l’information est toujours l’objectif visé et nous utiliserons au maximum les plate-formes grand public comme Word Press, Google et Yahoo!
Nous poursuivons également nos discussions pour un partenariat avec divers groupes de presse et des investisseurs.
Comme l’a dit un philosophe célèbre : « L’avenir est imprévisible et on ne sait jamais quand le succès sera au rendez vous. Il faut cependant être prêt car lorsque l’heure arrive, le succès n’attend pas. » Bonne rentrée d’automne 2008 à tous et toutes!
-Bernard Bujold
Lien Équipe LeStudio1.com
Lien texte éditorial en anglais
Photo: Bernard Bujold – créateur de LeStudio1.com et les mascottes Miss Gym et Monsieur X.

Publicités

Éric Lamaze un grand champion!

24 août, 2008

Le champion olympique Éric Lamaze sera très certainement le sujet d’un prochain film car son succès aux Jeux olympiques de Pékin est plus que remarquable. L’athlète originaire
de Montréal avait été banni de l’équipe canadienne il y a 8 ans pour avoir consommé de la cocaine. Il s’est repris en main depuis et sa médaille d’or vient confirmer son succès. Le magazine Internet LeStudio1.com lui offre une mention d’excellence dans la galerie d’excellence Les Meilleurs 2008 et nous avons créé une page spécial sur le réseau Facebook à titre de fanclub. (Voir Les Meilleurs LeStudio1.com)
Bernard Bujold


Élections et politiciens!

19 août, 2008

La politique est souvent une question de timing et d’absence d’une meilleure solution. Pour une raison difficile à expliquer, les délégués à l’élection du chef d’un parti ne choisissent pas toujours leur chef pour les bonnes raisons. Même s’il apparaît évident que certains choix ne pourront pas séduire la population lors d’une élection générale, on prend quand même la décision de leur confier la direction du Parti.
Au Canada, il y a plusieurs exemples de l’élection d’un chef pour des raisons autres que l’élection générale. On peut se rappeller de Joe Clark qui avait été la solution des délégués pour trancher la lutte entre Brian Mulroney et Claude Wagner en 1976. Clark avait été élu Premier ministre en 1979 avec un gouvernement minoritaire mais 6 mois plus tard il était défait par un vote de confiance des députés du Parlement. Brian Mulroney était revenu pour gagner en force mais il avait dû attendre jusqu’en 1984…
L’actuel Premier ministre Stephen Harper était un peu lui aussi le deuxième choix de son parti en mars 2004 alors que plusieurs voyaient Belinda Stronach et sa richesse financière capable de relever le Parti conservateur. Harper a obtenu la direction de son parti avec une basse majorité (55,5%) mais il a pu profiter des querelles encore plus profondes au sein du Parti libéral dont les difficultés de Paul Martin face aux loyalistes de Jean Chrétien et puis la faiblesse de Stéphane Dion élu chef de compromis dans la lutte trop serrée entre Bob Rae et Michael Ignatieff. Ces deux situations ont grandement favorisé Harper et il n’a pas hésité à en profiter. La deuxième action qui a contribué à maintenir le Premier ministre au pouvoir a été posé par Harper lui-même. Il a éliminé toute forme de compétition au sein de son propre parti en s’assurant qu’il n’y avait personne parmi ses députés qui aspirait à son poste, en commençant par Belinda Stronach… Une stratégie habile et qui va de soi mais qui n’est pas toujours facile à appliquer!
Stephen Harper se rend bien compte que Dion ne sera jamais Premier ministre mais que son Parti ne peut pas s’en débarrasser avant la prochaine élection. Le timing est donc excellent pour Harper de solidifier sa place à Ottawa pour les prochaines années. Harper ne pourrait probablement pas gagner une élection si Bob Rae était à la direction du Parti Libéral!
Aux États-Unis, la situation est un peu semblable alors que la querelle entre Hillary Clinton et Barack Obama a profondément fragilisé les forces du Parti démocrate. John McCain n’a aucunement le charisme ni la notoriété de Clinton ou Obama mais les récents sondages le place gagnant devant le démocrate Obama. La population américaine blanche et catholique a peur du changement et il semble qu’elle soit craintive devant un futur président de race noire… Ajouter à cela les loyalistes à Hillary Clinton qui ne veulent pas appuyer Obama et vous avez une victoire des Républicains.
Il faudra voir la suite d’ici la fin de l’année (4 novembre aux États-Unis) mais il semble bien que les prochains chef des gouvernements canadien et américain seront élus non pas parce qu’ils sont les meilleurs pour diriger leur pays mais par défaut. Les bons politiciens ne sont simplement pas dans la course. Évidemment ce ne sont que des prédictions… À suivre!
Bernard Bujold – http://www.lestudio1.com/
Lien Parlement canadien Ottawa
Lien avec The White House – Washington
Photo du haut: Stephen Harper, Stéphane Dion, Bob Rae,John McCain, Barack Obama et Hillary Clinton / Photo du milieu: Parlement canadien à Ottawa / Photo du bas: The White House à Washington, DC

Olympiques Pékin 2008 (Beijing)

12 août, 2008

Le monde a le regard tourné vers la Chine et les Olympiques Pékin 2008 (Beijing) mais au-delà des Jeux, il faut regarder la Chine comme le pays qui deviendra la prochaine puissance du monde.
Avec 1,3 milliard d’habitants, on peut déjà reconnaître la supériorité du nombre mais bientôt ce sera la supériorité économique qui viendra s’ajouter de façon incontournable. Quel est le secret des Chinois? Une discipline et une patience à toute épreuve pour faire ce qu’ils ont à faire, même avec peu de moyens.
Pour bien comprendre, on peut utiliser l’exemple de Star Trek. La Chine c’est comme une autre planète en soi avec une tradition et une histoire qui date de plusieurs générations. La Chine compte 56 nationalités ou ethnies différentes et sa civilisation date de près de 4000 ans. Les fameux « Hutong », ces pittoresques cabanes et couloirs, datent de 700 ans.
Mais la Chine a aussi un autre avantage en plus de l’histoire et du nombre. Les Chinois respectent la famille et prennent soin les uns des autres. On dit qu’en dehors des grands centres urbains chinois, la vie y est très pauvre mais dès que l’on entre à l’intérieur d’une maison, c’est la richesse de l’esprit, car on est une famille, même à 10 ou 15 personnes dans un petit espace. Les Chinois se protègent entre eux et c’est ce sentiment de la famille et de la loyauté qui permettra à ce pays de dépasser toutes les autres civilisations.
On critique leurs agissements face aux droits et à la liberté mais il faut aussi comprendre que leur civilisation est différente de la nôtre et que pour vivre en harmonie relative, il faut à cette masse de 1,3 milliard de personnes une sorte de règlementation propre à ce peuple, comme le sont les règlements d’une famille. La contreverse entourant le trompe l’oeil de la cérémonie d’ouverture est en soi non significative et les Américains font bien pire dans leur maquillage et leur traitement de l’image. La Chine a voulu présenter une belle cérémonie et un spectacle remarquable. Quiconque connaît l’industrie sait qu’il y a toujours un peu de trucs de magie dans un spectacle. Parlez-en à Céline Dion ou Paul McCartney!
Mon père, qui n’avait rien d’un artiste ni d’un Chinois, avait l’habitude de tout ranger dans la maison avant l’arrivée de visiteurs. Il cachait les choses superflues dans les armoires afin que l’image soit agréable et il passait un coup de balais pour enlever la poussière. Une sorte magicien dans son genre…
Comme dans le film Star Trek, ce n’est pas la différence de culture qui compte mais l’objectif ultime et final qu’est l’accomplissement du voyage de la vie!
Photo du haut: Cérémonie d’ouverture Pékin 2008
Photo du centre: Ruelles Hutong
Photo du bas: Jardin Cité Interdite

Batman devient réalité

12 août, 2008

Lorsque j’étais adolescent, mon rêve était de devenir policier.
Il faut dire que l’image à l’époque était celle du brave homme, toujours un peu costaud, qui marchait dans les rues de la ville en saluant de sa casquette les passants ou félicitant un garçonnet pour sa nouvelle bicyclette. C’était du moins l’image véhiculée durant les années 1960, dans les médias et au cinéma. Le pompier quant à lui aidait parfois un jeune chaton à descendre de l’arbre.
La situation a beaucoup changé aujourd’hui en 2008…
D’abord plusieurs policiers sont souvent des femmes à peine plus costaudes que des adolescentes mais autoritaires comme des colosses de 6 pieds! Il y a aussi les policiers en culottes courtes et à bicyclette…
Mais le véritable problème est dans le manque de respect que la société a envers les policiers. Ce sentiment se retrouve autant chez les minorités qui se sentent persécutées que chez les autres citoyens qui ne comprennent pas toujours les priorités policières. À titre d’exemple, les émeutes durant les éliminatoires pour la Coupe Stanley au hockey où le saccage du centre-ville avait été accentué à cause de l’attente trop longue des policiers à intervenir. Voilà que le lendemain de cet événement, plusieurs policiers étaient postés au coin de ces mêmes rues mais pour donner des avis aux piétons qui voulaient traverser la rue pendant la lumière rouge. Plusieurs insultes avaient été criées par la foule qui traitaient les policiers de peureux… On auraient eu besoin d’eux la vieille, pas pour surveiller des citoyens inoffensifs sur leur heure de lunch du midi.
Les émeutes à Montréal-Nord du dimanche 10 août rappellent l’ouvrage de Tom Wolfe, «The Bonfire of the Vanities». Une communauté est comme une marmite que l’on fait bouillir et les injustices sont comme le feu. À un moment donné, « pouf », le contenu du chaudron renverse et c’est ce qui est arrivé aux citoyens de Montréal-Nord. La mort du jeune immigrant de 18 ans abattu par un policier est ce qui a fait déborder la marmite. Qui sont les responsables, policiers ou jeunes? Il faudra attendre l’enquête mais il est essentiel que la police de Montréal reprenne en main ses priorités et qu’elle regagne le respect qui va de pair avec la fonction de policier. Inutile d’ajouter que le respect ne s’impose pas, il se mérite!
Sinon, c’est le film Batman qui deviendra une réalité et nous serons une ville sans loi, dirigé par une bande de « Jokers »!
-Bernard Bujold
Lien Policiers de Montréal
Lien Maire de Montréal
Lien Batman – The Dark Knight
Photo du haut: Policiers de Montréal lors des émeutes
Photo du bas: Affiche du film Batman – The Dark Knight