Lac Mégantic et les politiciens…

31 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
La tragédie de Lac Mégantic est terrible mais il est extrêmement naïf de la part des politiciens de croire que la compagnie de train va s’empresser de payer sans contester et qu’elle n’utilisera pas toutes les lois au maximum pour partager la responsabilité le plus possible. 
Même le puissant Barack Obama n’arrivait pas à faire boucher la valve du puit de pétrole qui s’écoulait dans la nature, et ce même si le gros bon sens l’imposait mais que les lois du moment permettaient d’attendre… 
Le rôle des politiciens est de s’assurer que des événements de ce genre ne se reproduisent plus en imposant des règles différentes, plus sévères et surtout plus sécuritaires. La faute de la tragédie n’est pas uniquement celle de la compagnie de train mais aussi des gouvernements, à tous les niveaux (fédéral, provincial et municipal), qui acceptaient et qui vivaient avec la situation et les règlements en place. 
La solution à une tragédie n’existe jamais! 
Ce qui est détruit ne revient jamais! 
Le village Mégantic comme il existait avant le vendredi 6 juillet n’existera jamais plus sauf dans le souvenir. Ce qui existe est le nouveau Lac Mégantic et ce qu’il deviendra demain avec de nouvelles règles et de nouvelles priorités économiques et communautaires. 
Photo 1: Pauline Marois, mairesse de Lac Mégantic et Barack Obama;
Photo 2: Lac Mégantic après la tragédie;
Photo 3: Lac Magantic avant la tragédie;
Voir reportage sur les réclamations- Le Devoir ;

Publicités

MAIRE DE MONTRÉAL 2013…

30 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
Il reste 96 jours de campagne avant les élections municipales au Québec dont à Montréal! 
J’ai déjà décidé de la « moitié » de mon vote… 
Je vais voter pour l’ex-journaliste Philippe Schnobb comme conseiller de quartier mais pas pour son leader comme maire! (Deux votes différents sont inscrits sur chaque bulletin) 
Je ne suis vraiment pas allumé par aucun des candidats à la mairie! Je vais probablement devoir me rabattre sur le « moins pire » de la liste… 
Mon candidat idéal serait un genre Mario Dumont! 
Les candidats intéressés à un poste de maire ou conseiller municipal au Québec ont jusqu’au 4 octobre prochain pour soumettre leur candidature pour l’élection du dimanche 3 novembre 2013. 
Si Mario Dumont se présente comme maire de Montréal, moi je vote pour lui… 
Photo 1: Mario Dumont ;
Photo 2: Philippe Schnobb;
Photo 3: Hôtel de ville de Montréal ;
Voir guide du candidat ; 
Voir page Twitter Mario Dumont ; 
Voir page Facebook Philippe Schnobb ;


La plus belle année de ma vie…

29 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
Une station radiophonique de Montréal (Radio-Canada) demandait récemment à ses invités du jour quelle fut la plus belle année de leur vie? La mort d’un parent ou d’une connaissance, comme celle de Luc Beauregard ou des victimes de Lac Mégantic, nous fait aussi particulièrement réfléchir à ce genre de question philosophique… 
Personnellement, ma plus belle année de vie fut celle de 1984. Le Premier ministre canadien Brian Mulroney a été élu le 4 septembre 1984 et je me suis retrouvé au sein de son équipe à Ottawa puisque j’avais été un fidèle organisateur de la campagne électorale, notamment au Nouveau-Brunswick. L’ambiance de 1984 était extraordinaire et toute l’équipe de Brian avait le sentiment que l’avenir nous appartenait et que l’on pourrait changer le monde! Dans mon cas, il y avait en plus la naissance récente de mes deux enfants en 1982 et 1983, et tous les espoirs qui sont rattachés à une nouvelle famille. Les souvenirs de cette année ont toujours été parmi les plus chaleureux de toute ma mémoire de vie. 
Malheureusement, non je n’ai pas changé le monde… 
Et vous quelle est la plus belle année de votre vie?
Photo 1: Bernard Bujold – Ottawa (1984);
Photo 2: Brian et Mila Mulroney – Baie Comeau (1984);
Voir photos année 1984 ;


LUC BEAUREGARD (1941-2013)

29 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
Gravement malade depuis plusieurs mois et atteint de cancer, Luc Beauregard (72 ans le mois prochain) est décédé ce vendredi 26 juillet 2013. Il avait fondé la firme de relations publiques National. 
J’avais bien connu le personnage et, vers la fin des années 1980 lorsque son bureau était situé au 1600 boul. René Lévesque Ouest à Montréal, nous avions même discuté de la possibilité que j’ouvre un bureau de National à Ottawa. Finalement les négociations n’ont pas abouties et c’est Luc Lavoie qui a ouvrira plus tard le bureau à Ottawa et moi je me suis retrouvé l’adjoint du président de Québecor, Pierre Péladeau. Assez curieusement, le hasard a voulu que ce même Luc Lavoie devienne l’adjoint de Pierre-Karl Péladeau quelques années après mon départ de Quebecor… 
Luc Beauregard et moi sommes restés bon ami jusqu’au moment où, pour une raison quelconque, Péladeau ne voulait pas payer une facture de 10,000$ pour des conseils de relations publiques prodigués par National auprès d’une filiale. Luc m’avait alors approché pour être payé mais je n’ai pas pu convaincre le président de le faire… 
Luc Beauregard n’était pas revanchard mais il avait la mémoire longue. 
Lorsque Péladeau est mort en 1997 et que j’ai dû me chercher un nouvel emploi, Luc m’a souvent mis des bâtons dans les roues suite à cette histoire de facture refusée. J’ai même perdu un emploi où j’avais commencé le matin mais que j’ai dû quitter dans l’après-midi suite à un appel téléphonique du cabinet de National suggérant de ne pas utiliser mes services ou sinon on causerait des problèmes. C’était dans le gouvernement de Bernard Landry en 2002. 
Je savais depuis quelques mois que Luc était en phase terminal de cancer. Je n’ai jamais parlé de cette situation car j’ai voulu respecter son agonie. Même si nous étions en mauvais terme durant les dernières année de sa vie, je conserve un chaleureux souvenir de Luc notamment d’un voyage que nous avions fait ensemble à la Baie James à titre d’observateur. Cétait en 1994! 
Luc Beauregard a marqué l’histoire de Montréal, ainsi que la mienne, et son départ m’attriste car il signifie aussi la fin d’un important chapitre du livre de ma propre vie… 
Sans rancune cher Luc et au revoir! 
Photo 1 et 2: Luc Beauregard ;
Photo 3: Bureau de National fin des années 1980 ;
Voir annonce du décès de Luc Beauregard ; 
Voir texte biographique ;


Le nouveau livre de J.K. Rowling est un best-seller…

29 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com)-
Plusieurs magasins de livres de Montréal (dont mon préféré INDIGO) ont obtenu des centaines de copies papier du nouveau livre de J.K. Rowling: « The cuckoo’s calling » .
J’ai lu l’ouvrage en quelques jours et c’est vraiment excellent. Un vrai « page-turner » à son meilleur. D’ailleurs, l’ouvrage a déjà dépassé le livre de Dan Brown « Inferno » en première position du classement des ventes dans la section E-Book. 
Il est intéressant de noter que l’ouvrage initialement signé du surnom de Robert Galbraith avait reçu une bonne critique mais il ne se vendait pas. À Londres, on en aurait vendu 400 copies seulement. Sauf que depuis le dévoilement du secret que l’auteure est en réalité J.K. Rowling, c’est la tempête dans les librairies partout dans le monde et l’éditeur s’est précipité avec la maquette chez l’imprimeur pour des réimpressions. On prévoit maintenant en vendre des millions de copies. Toute la différence que fait un nom plutôt qu’un autre sur la page couverture… 
Mais une conclusion demeure incontournable, il s’agit d’un livre exceptionnel et il est à lire! 
Photo 1: Couverture du livre;
Photo 2: J.K. Rowling;
Voir reportage The New York Times ;


Mick Jagger fête ses 70 ans…

26 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
MICK JAGGER fête ses 70 ans aujourd’hui (26 juillet 2013). On n’est jamais vraiment heureux de sa vie même avec le succès! L’exemple en est Mick Jagger qui regrette de ne pas être devenu professeur d’université à The School of Economics où il étudiait lorsque les Rolling Stones ont débuté… 
Bonne Fête Mick! 
Photo 1: Mick Jagger;
Photo 2: Mick Jagger et The Rolling Stones ;
Voir entrevue Mick Jagger ;


LA PRESSE de Montréal et son avenir…

25 juillet, 2013


par Bernard Bujold (LeStudio1.com) –
LA PRESSE de Montréal a licencié des employés de sa salle de rédaction et certains y voient un signe que La Presse+ ne serait pas rentable.  
C’est le Journal de Montréal qui a dévoilé les licenciements: 

« Trois mois après avoir lancé son application pour tablette La Presse + au coût de 40 millions de dollars, le quotidien La Presse vient de mettre à pied discrètement sept employés de sa salle de rédaction. L’information, obtenue par notre Bureau d’enquête, nous a été confirmée hier après-midi par une porte-parole du quotidien montréalais, qui fait partie de l’empire Power Corporation. «Nous aimerions préciser qu’il s’agit (…) de sept mises à pied d’employés (graphistes et journalistes) surnuméraires de la salle de rédaction. Nous n’avons aucun commentaire à faire à ce sujet», nous a écrit par courriel Anne-Marie Desautels, conseillère principale, communications.
Contacté, le professeur de communications à l’Université d’Ottawa Marc-François Bernier ne s’est pas montré surpris par les renvois annoncés. C’est le signe de difficultés financières possibles, selon lui. La gratuité de La Presse + met une forte pression sur les vendeurs de publicité, et il est loin d’être évident que La Presse remplit ses objectifs de ce côté à l’heure actuelle, explique-t-il. «C’est difficile de penser que La Presse + est rentable en ce moment quand on regarde l’état du marché. Pour ce que j’ai compris, ils veulent vendre la pub plus cher sur une tablette que sur le papier. C’est du jamais vu», a-t-il dit. Selon l’expert des médias, La Presse fait bande à part en choisissant de donner tout son contenu gratuitement sur internet, alors que la plupart des autres journaux en Europe et en Amérique du Nord ont opté pour une formule hybride, où certains articles sont payants. «Il n’y a pas grand monde qui comprend le modèle d’affaires de La Presse +», a-t-il dit. Le professeur avoue faire partie des sceptiques sur ce plan d’affaire. «Ça va être terrible pour les emplois si La Presse + ne marche pas», a-t-il dit craindre. »

Mentionnons que l’éditeur Guy Crevier n’a jamais caché son intention d’éliminer progressivement son édition papier en faveur de la version Internet. La question: gagne-t-il son défi? 
À suivre… 
Photo 1: Édifice La Presse ;
Photo 2: Guy Crevier ;
Photo 3: Salle de rédaction La Presse ;
Voir entrevue avec Guy Crevier lors du lancement La Presse+ (avril 2013);