L’ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE EN PÉRIL





L’ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE EN PÉRIL… 
Par Bernard Bujold –
L’acquisition de Jean Coutu n’est pas un bon signe pour l’économie québécoise à long terme car si Jean Coutu était contrôlé par une famille privée (les Coutu), Métro est un groupe entièrement contrôlé par ses actionnaires boursiers et peut éventuellement être la cible d’un rachat d’action de la part d’un groupe extérieur. 
En ce qui concerne Bombardier, certains observateurs (dont moi…) prévoient aussi une fusion éventuelle avec un groupe extérieur, par exemple européen. 
L’acquisition d’un groupe par un autre est toujours très fragile au niveau de la culture d’entreprise et l’exemple le plus évident d’un échec récent (transaction des actions en 2014) est Tim Horton. Depuis son acquisition par le groupe Burger King, c’est la crise profonde au sein des franchisés canadiens. 
À suivre…  
VOIR TEXTE LA PRESSE 
VOIR TEXTE LE JOURNAL DE MONTREAL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :